Le laboratoire Servier savait-il les dangers du Médiator?

Le quotidien “Le Monde” affirme que le laboratoire Servier était au courant de la nocivité du Médiator depuis 1995, sur la base d’un rapport interne au groupe que le quotidien a consulté.

«Un rapport de la filiale britannique de Servier établissait, en 1993, que, une fois absorbé par l’organisme, le Mediator donnait un composé, la norfenfluramine, dont il a été établi en 1995 qu’il était dangereux», écrit Le Monde.

«Cela n’a pas empêché la firme de continuer à affirmer, en 2008, la tolérance cardio-vasculaire satisfaisante du benfluorex, le nom scientifique du Mediator, dans le document de référence remis à ses délégués médicaux», poursuit le quotidien.

La norfenfluramine, rappelle Le Monde, «est aussi le composé actif obtenu dans l’organisme lors de la prise de fenfluramine (Ponderal) ou de dexfenfluramine (Isoméride): deux produits de Servier dont il sera établi en 1995 qu’ils sont responsables de graves effets secondaires puis retirés du marché».

À ce jour, le Laboratoire Servier ne sait pas encore prononcer.